dimanche 13 novembre 2011

Citations sur l’apprentissage


« Pour moi, l’apprentissage porte sur l’action et les comportements. Pas sur la quantité d’informations que votre tête peut contenir. »
Cathy Moore
« Petite règle de conception pédagogique : concevez des activités, pas du contenu. Le contenu est abondamment disponible. »
Thiagi
« Pour moi, il y a UN grand principe en pédagogie, c’est le principe de variété. La bonne méthode, c’est d’en choisir plusieurs et de les assembler. »
Marcel Lebrun
« La grande force de l’ordinateur est d’intensifier, de renforcer le potentiel créatif de l’être humain. »
Mario Asselin
« Si l’enseignement consiste à transmettre des connaissances, un prof n’est rien à la mesure d’Internet. »
François Guité
« Ce n’est pas parce que l’on est enseigné/formé que l’on apprend. Ap-prendre, c’est « prendre avec » moi. C’est “saisir”, “faire corps” avec un obstacle, de telle sorte qu’il disparaisse pour moi. »
Jean-Pierre Lepri

lundi 31 octobre 2011

Edumobile.be : ressources pour l’utilisation de la tablette tactile en contexte pédagogique



ipad en classeEdumobile.be est un site destiné aux enseignants, parents et étudiants, acteurs de l’éducation et animateurs multimédia en EPN intéressés par les technologies mobiles dans l’enseignement ou comme mode d’apprentissage. Il concerne l’univers des outils iOS : iPad, iPhone et iTouch avec un focus prépondérant – depuis quelques semaines – sur les utilisations possibles de la tablette d’Apple. Le site est édité par Christine Sornin (société Anaïtis basée à Liège, ex-Apple Europe).
Le site Edumobile.be propose sous la forme d’un blog :
- une sélection commentée d’applications classées par disciplines pour l’iPad. Celles-ci sont classées dans 17 domaines (jeune public ; livres pour enfants ; livres ; français ; outils de référence ; maths ; langues étrangères ; histoire ; géographie ; sciences et techniques ; éducation artistique ; enseignement spécialisé ; thèmes transversaux ; l’actualité sur iPad ; outils de productivité ; personnes-ressources ; ludo-éducatif) et une rubrique « livrées avec l’iPad« ,
- un ensemble de liens vers des tutoriels, modes d’emploi, livres, foires aux questions pour savoir utiliser la tablette tactile d’Apple en contexte pédagogique,
- des exemples d’activités avec l’outil iPad en classe, des témoignages et retours d’expériences capitalisés sur l’utilisation des tablettes en classe,
- une revue de Presse internationale relative à des pratiques pédagogiques avec des iPad dans l’enseignement,
- enfin des pointeurs vers deux blogs mis en place par des écoles belges utilisant les tablettes : à Estaimbourg et àBlegny.
Projets de tablettes actiles à l’école : applis choisies, guides et tutoriels
Le projet iPad au sein des écoles communales de Blegny comprend un volet Formations et propose des activités pédagogiques sous la forme de fiches pratiques téléchargeables :
Des mini-guides et tutoriels (en pdf) permettent de prendre en main la tablette :
Sur le blog de l’école d’Estaimbourg, une rubrique iPad permet de mieux comprendre le projet d’équipement et d’utilisation des tablettes tactiles en classe :

sources : http://www.netpublic.fr

mercredi 14 septembre 2011

Sans objectifs clairs, pas de succès !


Sans objectifs clairs, pas de succès !


Etre plus productif c’est certes des méthodes et des outils mais c’est surtout savoir ce que l’on veut en priorité et se donner les moyens de le faire.
En effet une personne avec un objectif clair et qui ce sait exactement qu’elle veut sera bien plus efficace et productive qu’une personne qui se disperse ou qui ne sait pas exactement où elle veut aller…
En effet la personne avec un objectif clair ira à l’essentiel sans se poser de question, tout en cherchant à atteindre l’impact maximum en un minimum d’efforts. Les détails inutiles et les questions philosophiques ne vont pas l’intéresser non plus…
Sans un objectif clair vous aurez beau essayer de travailler dur vous n’atteindrez pas l’optimum car vous serez ralenti par votre indécision, et par voie de conséquence vous n’aurez pas la motivation ou la volonté tournée à 110% vers un seul but.
Il ne faut pas faire l’erreur de vous éparpiller pas avec des dizaines de projets, préférez toujours 1 objectif principal ainsi vous saurez exactement dans quelles batailles vous devez jeter vos forces et celles où vous pouvez passer la main.
Avec cet objectif clair en tête vous serez capable de réaliser tous les jours les actions nécessaires pour réaliser ce que vous voulez obtenir.
Car il est essentiel de prendre en compte que ce n’est que sur la durée et avec un effort continu que vous allez obtenir des résultats importants qui vont véritablement avoir un impact sur votre vie.
Les « sprints » comme par exemple les bonnes résolutions de se mettre au sport, de perdre du poids, de se lancer dans un projet… Ne fonctionnent que lorsque l’on a un plan d’actions durable.
Rappelez-vous qu’il impossible de se faire des adbos sculptés en 2 semaines, c’est un travail de plusieurs mois. A l’identique il est impossible de perdre (sainement) 10 kg en semaine…
Les changements profonds et forts doivent être menés dans le temps et si possible avec un ancrage dans vos habitudes.

Sachez qu’il y a plus de chance d’être frappe par un éclair que de gagner à l’euro million….
Donc ne comptez pas sur la chance pour votre réussite, il faut prévoir, anticiper, préparer des plans « B », mesurer le portée de vos actions pour être certain d’atteindre vos objectifs.
Ce n’est que de cette façon que vous arriverez à changer votre situation actuelle : il faut une véritable rupture, il faut arrêter d’agir « comme d’habitude » pour agir et penser différemment.

Certes cela va être dur, certes vous ferez des erreurs mais c’est le seul moyen d’évoluer et de passer à la vitesse supérieure. Rien ne se fait sans mal ou sans travail.
Vous ne devez pas considérer les échecs comme étant négatifs, sources de honte… Mais comme un processus d’apprentissage et pour faire mieux et progresser.
Dans le même temps vous devrez apprendre à sortir de votre train train habituel et a aller au delà de votre zone de confort
C’est quand acceptant un challenge (réalisable) que vous allez progresser et dépasser ce que vous pensez actuellement être vos limites.
N’oubliez pas que si vous pensez être limité dans vos capacités, vous êtes sûr de vous limiter par vous même.
Ne dites pas « Je n’y arriverai Jamais », mais « Je dois y arriver ! ».
Pour lutter contre l’inertie et la facilité de continuer dans l’état actuel des choses, il faut mettre en œuvre plusieurs forces majeures dont le désir de changer en mettant en perspective les bénéfices de l’évolution de votre situation.
Vous devez également jouer sur vos sentiments en mettant en avant ce que vous perdez actuellement, ce que vous allez devenir ou avoir…
Les sentiments sont plus forts que la peur de changer !
Source Fred Canevet

mercredi 3 août 2011

Les Règles d’Or pour obtenir l’attention

La présentation Powerpoint ci dessous explique en détail comment obtenir de l’attention dans un monde de plus en plus numérique, en particulier via l’optimisation des interfaces graphiques (PC, Mobiles…), mais aussi les signaux qu’il est préférable d’utiliser.
Voici une synthèse des principales idées :
- Pour attirer l’attention il faut respecter la méthode AIDA : Attention => Intérêt => Désir => Action
- Il existe différents types d’attention : l’attention passive (un peu comme un pilotage automatique) qui est effectué lorsque nous faisons une tâche simple (ex: regarder un film, lire un livre, conduire la voiture pour aller emmener les enfants à l’école…), et l’attention active qui nécessite une vrai concentration sur un sujet donné car difficile / inédit / risqué (tir au but, opérer un patient…).
- De même dans l’attention en elle même, on peut aller plus dans le détail distinguer différents stades :
  1. l’attention normale lorsque l’on réalise une tâche (ex: jongler, tirer à l’arc…)
  2. la concentration (ex: parler à son boss de son augmentation de salaire, bricoler chez soi, travailler sur un projet important…)
  3. l’attention sélective lorsque nous attendons un stimulus ou que nous sommes concentrés sur une action en attendant quelque chose. Dans ce cas notre cerveau « filtre » les informations
  4. L’attention alternée où vous passez d’une tâche à l’autre en étant concentré que une tâche à la fois (ex: regarder la TV et lire en même temps)
  5. L’attention divisée, où vous partagez votre attention entre plusieurs actions (ex: faire la cuisine en surveillant le four, les casseroles…). Mais attention, ce n’est pas du multi-tâches, c’est du passage rapide d’une tâche à l’autre (ce qui est très différent !). L’être humain n’est pas « conçu » pour du multi-tâches, car plus vous avez des tâches à effectuer plus votre efficacité unitaire diminue.


Pour améliorer l’efficacité sur des actions il est possible d’agir sur plusieurs facteurs dont le 1er est l »homme :

La formation : mémorisation, entrainement, éviter les distractions, se concentrer sur une tâche…
Les protocoles dit à haute voix comme à la NASA où les actions sont dites à haute voix avant d’agir.
Les Check Lists, comme celle mise en place dans un hôpital en Tanzanie pour gérer les protocoles post opératoires qui a permis de réduire les décès de 47% et les complications de 36%

Le second principe est d’utiliser des interfaces pour prévenir l’homme :
Les interruptions (interruption active de l’utilisateur, par exemple pour une question suivi d’une action) : elles doivent être au milieu de l’écran très visibles, avec un choix binaire, avec du son (le son est considéré comme le meilleur avertissement). Par exemple un moniteur cardiaque avec son Bip
Les notifications (interruption passive de l’utilisateur, par exemple : un message de mise à jour de l’antivirus en bas de l’écran) : elles doivent être de couleur différentes mais discrètes (ex: notifications Facebook pour les commentaires). Les informations affichées doivent être importantes, informer d’un changement, avoir de l’impact et être dans le champ de vision.
Les indications multi-modales qui mélangent visuel, émotion, son… Par exemple la vibration et la sonnerie d’un iPhone.
Les interactions via le design en optimisant le contenu selon l’appareil utilisé, selon les informations essentielles…

Frédérick Barbier

jeudi 14 avril 2011

La pédagogie Montessori

La pédagogie Montessori est une méthode d'éducation dite ouverte, par rapport aux méthodes dites fermées ou traditionnelles, telle que l'enseignement mutuel. Sa pédagogie repose sur l'éducation sensorielle de l'enfant. Dans la pédagogie Montessori l'éducation est considérée comme une « aide à la vie »




Ecole Montessori / enfant aveugle








Ecole Maria Montessori, ou comment apprendre à apprendre !





Dr. Maria Montessori

Maria Montessori, médecin, anthropologue et pédagogue a étudié pendant 50 ans des enfants de milieux sociaux et culturels très défavorisés et en grande difficulté d'apprentissage. Elle élabore une pédagogie qui repose sur des bases scientifiques, philosophiques et éducatives. Elle utilise du matériel repris aux professeurs Jean Itardet  Edouard Seguin , tout en l'adaptant aux périodes sensibles de l'enfant. Le matériel sensoriel est donné à l'enfant comme une aide au développement de l'intelligence et de la main.




Déjà in utero, le bébé appréhende l'environnement par les données transmises par les organes des sens. Le matériel sensoriel mis au point par Maria Montessori permet à l'enfant de distinguer, de préciser, de généraliser, du concret vers le concept et du concept vers l'abstrait. C'est un matériel scientifique qui répond au besoin de développement naturel de l'enfant en respectant ses périodes sensibles. Pour :
l'ordre l'enfant classifie, ordonne, trie, élabore un raisonnement. le langage l'enfant nomme les concepts. le mouvement l'enfant affine l'usage de ses mains. le raffinement sensoriel l'enfant atteint un grand raffinement avec certains matériels.
Ce matériel est construit sur des données scientifiques presque universelles : tables de Pythagore, système décimal, etc. Il est indépendant de la culture de l'enfant, à la différence du matériel de la vie pratique qui s'imprègne largement du milieu culturel de l'enfant.
L'enfant acquiert une approche plus exacte de la réalité. Il s'ouvre à une perception plus précise du monde. Le matériel sensoriel devient un instrument d'investigation de la réalité, un décodeur du réel. L'enfant peut se situer consciemment de façon plus précise et être indépendant de son environnement. Ce matériel qui lui donne les "clés" nécessaires pour découvrir la réalité, devient un "alphabet" où l'enfant apprend à lire son environnement.
Pour Maria Montessori, il est primordial d'offrir à l'enfant la possibilité d'épanouir au maximum ses différentes sensibilités :
  • dans un cadre adapté à ses besoins psychologiques
  • en respectant son rythme propre et ses particularités individuelles
  • tout en l'éveillant à la vie sociale.